Arnaud Boisset

21/10/2019 // Le sprint final avant le lancement de la saison

La première partie de ma préparation s'est bien déroulée. Malgré la reprise tardive du ski, j'ai rapidement retrouvé un très bon niveau. En effet, la différence du nombre de jours de ski entre mes camarades et moi-même ne s'est pas fait ressentir. Au point qu'après 4 journées, j'étais à nouveau à leur niveau.
 
Les conditions sur les glaciers de Zermatt et de Saas-Fee ont été globalement bonnes jusqu'au début octobre. Ensuite, l'automne est arrivé et la météo s'est gâtée. Du coup, les journées de ski sont devenues moins qualitatives, à cause du vent, du brouillard, de la neige fraîche. J'en veux pour exemple la semaine passée: initialement, nous avions prévu 5 jours de slalom et de géant, du lundi au vendredi. Après une bonne journée - lundi - nous avons dû plier bagages car les prévisions météo pour la fin de la semaine étaient exécrables.
 
Mon seul regret lors de cette préparation est d'avoir presque exclusivement skié en descente et en super-G. Effectivement, désormais intégré au groupe vitesse, à mon grand désarroi, je ne mets plus les skis de slalom...
 
Actuellement, la préparation sur les glaciers helvétiques est terminée. Il a beaucoup neigé sur les hauteurs et cela ne nous garantit plus des conditions d'entraînement optimales car la neige est trop molle. Nous allons ainsi profiter de l'enneigement artificiel à Diavolezza ou à Zinal pour peaufiner les détails avant le début de la saison, qui aura lieu fin novembre à Tignes. Pour ma part, j'espère pouvoir m'entraîner encore en slalom et en géant avant que les Coupes d'Europe de vitesse ne commencent.

10/10/2019 // Médias - « Arnaud Boisset, la force de l’équilibre »

Romy Moret m'a consacré un article sympa sur le site Synchro. En voici le lien.

14/09/2019 // Ça y est, j'ai retrouvé la neige!

À peine rentré en Europe, j'ai participé au dernier camp de condition physique avec l'équipe. Celui-ci s'est déroulé à Lenzerheide, dans la flambant neuve Biathlon Arena qui accueillera les championnats du monde juniors de la discipline l'hiver prochain. C'est un complexe conçu certes pour le biathlon mais aussi pour les sportifs d'élite en général, un peu comme un hôtel à la pointe de la technologie et de l'écologie, dans lequel le calme règne et la performance sportive est au centre des préoccupations. Nous avons fait des entraînements de force, des intermittents, du VTT et en prime du biathlon (sur des skis à roulettes évidemment). Tout ce que je peux vous dire, c'est que ce n'est vraiment pas facile de tirer debout lorsque le cœur bat à 190 pulsations/minute à cause des 2 kilomètres de ski-roue effectués juste avant... Blague à part, je suis vraiment prêt physiquement pour attaquer la préparation sur la neige!

Le grand retour est donc arrivé. Première constatation, j'ai besoin d'énormément de temps pour préparer mes affaires. Eh oui, ça fait 4 mois que je n'ai plus fait ma valise pour aller skier, il faut bien un temps d'adaptation pour remplacer masque et tuba par lunettes et casque…

Après une si longue pause, je peux vraiment dire que j'ai eu les papillons dans le ventre lors des premiers virages! Que c'est bien le ski quand même! De plus, les conditions étaient vraiment magnifiques. Je me suis donc régalé pendant quatre jours. Si les deux premiers m’ont plutôt servi à reprendre mes marques et à me dérouiller, j'ai pu réellement commencer le travail technique lors des deux suivants! Je tire un bilan très positif de ces premières journées et je me réjouis d'y retourner dès la semaine prochaine. 

12/08/2019 // Un début d’été sous les drapeaux

J'ai accompli cette année la première partie de mon école de recrue en tant que sportif d'élite. C'était une réelle chance pour moi que de pouvoir remplir mes obligations militaires sans pour autant devoir mettre ma carrière entre parenthèses. J'étais donc à la caserne de Wangen an den Aare jusqu'au 21 juin. Pendant ces semaines militaires, j'ai pu bénéficier des infrastructures de Macolin pour m'entraîner, et c'était très bien. Ce qui était par contre plus difficile, c'était la récupération... En effet, il n'est pas facile de bien dormir dans une chambre de caserne avec 15 autres recrues. De plus, je pense que vous pouvez imaginer que la nourriture militaire n'est pas des plus adaptée sportivement parlant. 

Dans les points positifs, je note la rencontre avec les espoirs suisses des autres sports de neige comme hockey, ski de fond, biathlon, ski alpinisme, snowboard, etc. Ce sont souvent des noms que l'on entend dans les médias ou les revues sportives mais on n'a jamais vraiment l'occasion de discuter avec eux. Et là, c'était sympa de les rencontrer et de partager de bons moments. En fin de compte, nous sommes très semblables : depuis tout jeunes, nous consacrons notre vie au sport et rêvons d'en vivre. Nous avions donc beaucoup de points communs, nous tirions tous à la même corde et par conséquent, l'ambiance était vraiment bon enfant.

J'ai repris ensuite la condition physique à domicile jusqu'au 19 juillet. J'ai profité de cette période pour faire un gros bloc intensif afin de me préparer au mieux pour l'hiver. Là, j'avais retrouvé le confort de mon lit ainsi que la possibilité de voir régulièrement mon entourage et de cuisiner ce que je voulais. C'était vraiment optimal pour m'entraîner.

Mon programme initial était de reprendre le ski le 22 juillet à Zermatt. Après plusieurs discussions avec mes entraîneurs, j'ai décidé de changer d’approche. En effet, l'année dernière, j'avais suivi le programme de base et beaucoup skié durant l'été. Malheureusement, les résultats attendus n'étaient pas arrivés. Effectivement, je n'étais pas vraiment en forme en septembre-octobre (à la fin de la période de préparation) et c'est la raison pour laquelle j'ai eu envie de faire différemment. De plus, j'ai vu ces dernières années beaucoup d'athlètes réussir une belle saison malgré une préparation tronquée par les blessures. J'en ai déduit que si j'étais au top mentalement, je n'avais pas besoin de beaucoup de jours de ski pour avoir un bon niveau. J'ai donc décidé de miser sur la qualité et de ne reprendre le ski qu'à partir du 20 août.

J'en ai profité pour partir aux Etats-Unis afin d'améliorer mon anglais, de partager de nouvelles expériences, de découvrir un nouveau continent et de passer du temps avec un bon ami, Tanguy Nef. C'est une expérience géniale que je suis en train de vivre et je la savoure au maximum!

Je reprendrai le ski dans quelques jours et je m’en réjouis car la neige commence à me manquer. J'espère pouvoir faire du ski de qualité.

11/04/2019 // Ma saison est désormais terminée!

Je viens de disputer ma dernière course de la saison à Davos, le moment est donc bien choisi pour tirer un premier bilan.

En début de saison, ça ne fonctionnait pas vraiment dans les disciplines techniques. Du coup, je me suis orienté vers la vitesse, où tout s’est bien mieux mis en place. J’ai donc couru tous les super-G et toutes les descentes de Coupe d’Europe, avec de super résultats à la clé. Des résultats auxquels je ne m’attendais pas. 

Évidemment, j’aurais préféré être un peu mieux techniquement, que ce soit en slalom ou en géant. Mais ce n’est qu’en fin de saison que j’ai réussi à retrouver un certain niveau, même si ce n’était pas celui de la saison dernière. Je le regrette un peu car j’aurais pu envisager de meilleurs résultats en combiné : mon niveau actuel aurait tout à fait pu suffire pour remporter un combiné en Coupe d’Europe ou aux Universiades. Reste à savoir pourquoi ça n’a pas fonctionné ; c’était peut-être une question de sensations, ou de neige, je n’arrive aujourd’hui pas encore à me l’expliquer vraiment. Une chose est sûre, je manque de constance en slalom comme en géant ; je passe correctement 5-6 portes, puis je commets une erreur. C’est un point que je dois travailler.
Globalement, ma saison est réussie. 

D’abord, j’ai bien progressé dans les disciplines de vitesse en Coupe d’Europe. Ensuite, j’ai pu participer aux Mondiaux juniors et aux Universiades, qui a été une superbe expérience aussi sur le plan émotionnel. Enfin, j’ai atteint un autre objectif, à savoir disputer moins de courses : je n’ai pris que 45 départs, soit un tiers de moins que l’année dernière, où j’en avais 69 au compteur. 

Et il ne faut pas oublier que j’ai gardé la santé ; j’ai juste été malade deux fois, mi-novembre et fin décembre. Et surtout, que je ne me suis pas blessé. Une saison sans blessure, ça vaut de l’or. Voilà plusieurs années que j’ai la chance de rester en bonne santé, mais je force peut-être cette chance grâce à une bonne préparation. 

Une saison qui a donc été riche en bonnes performances et en émotions, qui m’a permis de découvrir de nouveaux endroits et de prendre beaucoup de plaisir.

Avant de savoir à quoi ressemblera la saison prochaine, il va falloir attendre les sélections. Mais là, je n’ai aucune influence sur les décisions : j’ai fait ce que j’avais à faire, on verra bien ce qui va se passer. Au niveau des courses, je vais très vraisemblablement continuer de miser sur les épreuves de vitesse, en disputant l’intégralité du programme de vitesse en Coupe d’Europe, super-G et descente, mais aussi les combinés. Comme j’ai dépassé l’âge pour participer aux mondiaux juniors et qu’il n’y aura pas d’Universiades la saison prochaine, cela va alléger un peu mon emploi du temps, si bien que je pourrai m’aligner dans certaines courses techniques FIS. Plutôt en géant qu’en slalom car la discipline est plus proche du super-G et que l’intégration d’un entraînement de géant dans une semaine de vitesse est beaucoup plus simple.

L’idéal pour la saison prochaine ? Performer en Coupe d’Europe et obtenir de bons points FIS en géant. Et prendre du plaisir, bien sûr. 

Mais j’ai encore un dernier souhait : j’aimerais bien garder mon ski-man. Les choses se sont vraiment bien passées avec lui, il m’a beaucoup apporté grâce à sa vaste expérience et il complète idéalement le travail de l’entraîneur.

TRALALA
Petit portrait
Arnaud Boisset

Né le 08/05/98, 185 cm, 85 kg

Ski-club: Bagnes

Groupe d'entraînement: Coupe d'Europe vitesse

Entraîneur: Franz Heinzer

Ecole: Unidistance (Bachelor en Economie et Management)

Meilleures perfs en carrière: 3e de la descente de Coupe d'Europe de Chamonix (1er junior) - 3e du super-G de Coupe d'Europe de Zinal - 5e du super-G des Universiades de Krasnoïarsk (Russie) - 7e du super-G des championnats du monde juniors de Pozza di Fassa

Classement mondial au 1.09.2020: 55e en super-G / 99e en descente

Objectifs pour la saison 2020/21: décrocher une place fixe en Coupe du monde pour la saison 2021/22